Contrats aidés : le plan social caché

Depuis l’annonce du gouvernement cet été, le secteur associatif tente de se mobiliser. À La Petite Rockette, bénévoles et salariés attendent, sans savoir quels emplois seront supprimés.

Rue du Chemin-Vert (Paris XIe), une large banderole barre la vitrine de la boutique de La Petite Rockette : « 14 emplois sur 20 sont menacés ». Dans cette association de quartier qui gère la recyclerie, mais aussi le bar voisin et de nombreux autres projets, 14 salariés sont en contrats aidés (CUI-CAE). Depuis l’annonce au mois d'août du gouvernement de diminuer nombre de ces emplois aidés, ils ne savent pas si les leurs seront renouvelés. «Désolé du retard, j’appelais Pôle emploi, s’excuse Dimitri…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.