Robert Hirsch, historique histrion

Cet acteur qui brûla les planches pendant soixante-dix ans était fait pour l’excès et la folie, dans la comédie comme dans la tragédie.

Robert Hirsch, mort à 92 ans le 16 novembre à Paris, connut la gloire exclusivement par le théâtre. Au cinéma et à la télévision, il eut rarement des rôles importants. Les deux seuls films vraiment construits autour de lui, Pas seulement le samedi, d’Alex Joffé (1965), et Martin soldat, de Michel Deville (1966), ont laissé peu de traces dans les mémoires cinéphiliques. Mieux vaut se souvenir de quelques prestations secondaires, comme celle du trouble poète Gringoire dans l’adaptation de Notre-Dame de Paris…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents