Divide et impera

Macron a jugé qu’il convenait de précipiter les cheminots vers les mêmes anxiétés que celles dont souffrent des agriculteurs.

Aujourd’hui, je vais te parler de la France insoum… Naaaaan, je rigole, détends-toi : je vais te parler d’Emmanuel Macron, chef de l’État français (CDL’ÉF). Et plus précisément de cette sienne déclaration, faite il y a quelques jours (et juste avant que son Premier ministre n’annonce qu’il avait « choisi de s’attaquer de front au statut des cheminots ») au Salon de l’agriculture [1] : « Je ne peux pas d’un côté avoir des agriculteurs qui n’ont pas de retraite et de l’autre avoir un statut cheminot et ne…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents