Au PCF, la longue marche vers le congrès

Le conseil national du Parti communiste a révélé des dissensions entre ses membres. Alors qu’il souhaite marquer Emmanuel Macron « à la culotte », Pierre Laurent doit encore rassembler et entraîner son équipe.

L e Parti communiste est de retour sur la scène nationale. » S’il est un peu tôt pour valider – ou invalider – l’affirmation de Pierre Laurent, le résultat du conseil national du PCF, qui s’est tenu les 2 et 3 juin ne relève, pour l’heure, que de la déclaration d’intention. Seule certitude, le parti tiendra bien son 38e congrès les 24, 25 et 26 novembre prochains.

À défaut de repères, le Parti communiste veut hausser le ton face à Emmanuel Macron, le « marquer à la culotte », selon les mots du secrétaire national. À quelques jours du coup d’envoi de la Coupe du Monde de football en Russie, Pierre Laurent promet une poursuite des mobilisations : « Les derniers rassemblements montrent un enracinement de l’unité syndicale », rassemblements qu’il juge « de plus en plus unitaires », en se référant à la Marée populaire du 26 mai dernier.

Entre les rencontres des grandes équipes de football qui émailleront les mois de juin et juillet, le PCF veut prendre le leadership sur le terrain des luttes : aux côtés des cheminots le 7 juin à Luxembourg, au pique-nique des oubliés de la République le 9 juin au Champ-de-Mars à Paris et le 5 juillet à l’Assemblée nationale pour accueillir les personnels hospitaliers et décider avec eux de mouvements de grève à l’automne. Une manière de surfer sur des succès communs pour se (re)constituer.

Il reste 79% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents