Au PCF, la longue marche vers le congrès

Le conseil national du Parti communiste a révélé des dissensions entre ses membres. Alors qu’il souhaite marquer Emmanuel Macron « à la culotte », Pierre Laurent doit encore rassembler et entraîner son équipe.

Agathe Mercante  • 7 juin 2018 abonné·es
Au PCF, la longue marche vers le congrès
© Photo : Alors qu'il brigue un quatrième mandat au poste de secrétaire national du parti, Pierre Laurent devra rassembler sa famille et présenter un projet neuf aux adhérents. (Crédit Julien Mattia / NurPhoto)

L e Parti communiste est de retour sur la scène nationale. » S’il est un peu tôt pour valider – ou invalider – l’affirmation de Pierre Laurent, le résultat du conseil national du PCF, qui s’est tenu les 2 et 3 juin ne relève, pour l’heure, que de la déclaration d’intention. Seule certitude, le parti tiendra bien son 38e congrès les 24, 25 et 26 novembre prochains.

À défaut de repères, le Parti communiste veut hausser le ton face à Emmanuel Macron, le « marquer à la culotte », selon les mots du secrétaire national. À quelques jours du coup d’envoi de la Coupe du Monde de football en Russie, Pierre Laurent promet une poursuite des mobilisations : _« Les derniers rassemblements montrent un enracinement de l’unité syndicale », rassemblements qu’il juge « de plus en plus unitaires », en se référant à la Marée populaire du 26 mai dernier.

Entre les rencontres des grandes équipes de football qui émailleront les mois de juin et juillet, le PCF veut prendre le leadership sur le terrain des luttes : aux côtés des cheminots le 7 juin à Luxembourg, au pique-nique des oubliés de la République le 9 juin au Champ-de-Mars à Paris et le 5 juillet à l’Assemblée nationale pour accueillir les personnels hospitaliers et décider avec eux de mouvements de grève à l’automne. Une manière de surfer sur des succès communs pour se (re)constituer.

Chasse gardée sur ses territoires

Mais derrière le vocable sportif et le ton de défi adopté par son représentant, l’équipe PCF est moins bien entraînée qu’elle n’y paraît. Et le conseil national du week-end

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Cinquante nuances de vert-brun
Enquête 7 juin 2023 abonné·es

Cinquante nuances de vert-brun

Les extrêmes droites françaises sont protéiformes, leur rapport à l’écologie l’est tout autant. Retour sur des courants complexes, des plus électoralistes aux plus radicaux, entre écologisation de l’extrême droite et fascisation de l’écologie.
Par Daphné Deschamps
Écologie : le bilan noir de l’extrême droite au pouvoir
Bilan 7 juin 2023 abonné·es

Écologie : le bilan noir de l’extrême droite au pouvoir

Dans les pays où l’extrême droite est au pouvoir, l’environnement est loin d’être une priorité politique. Pire, les décisions prises aggravent la crise climatique. Preuve par l’exemple sur trois continents.
Par Rose-Amélie Bécel
« Le RN est dans un greenwashing nationaliste » 
Entretien 7 juin 2023 abonné·es

« Le RN est dans un greenwashing nationaliste » 

Le terme « écofascisme » est de plus en plus mis en avant médiatiquement, sans qu’on sache forcément à quoi il correspond ou comment l’utiliser. Deux auteurs de livres sur cette question reviennent sur un concept complexe, ses risques et les moyens d’éviter d’opérer de dangereux glissements.
Par Daphné Deschamps
Sénatoriales : à gauche, l’union au petit trot
Élections 5 juin 2023

Sénatoriales : à gauche, l’union au petit trot

Lors des élections de 2017, la gauche n’avait fait l’union que dans deux départements. Six ans après, le 24 septembre, elle a l’occasion de renforcer ses troupes à la Chambre haute. Pourquoi ne pas partir ensemble ? Les discussions et les négociations ne sont pas toujours faciles, mais aucune porte n’est fermée.
Par Louis Heinrich