L’électro, une musique classique

La Philharmonie de Paris retrace l’avènement des musiques électroniques. Longtemps décrié, ce genre fut aussi la bande-son d’un mouvement contestataire.

Fin des années 1950. Un gros magnétophone tel qu’il n’en existe plus aujourd’hui mais qui était alors légion à l’ORTF. Un bout de bande magnétique court devant la tête de lecture et s’enroule autour d’un pieu dressé en marge de l’appareil, répétant à l’infini une séquence musicale. Ce dispositif artisanal, si simple en apparence, porte en soi la naissance d’un style musical, inclus d’abord dans ce qui prend le nom de musique « concrète » avant d’être appelé « musique électronique ». Ses concepteurs :…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents