Effondré par l’effondrisme

Yves Cochet se vautre dans une délectation funeste et des exhortations au repli fataliste.

Jusqu’à ces derniers temps, je n’avais jamais lu de littérature effondriste (ou collapsiste, si tu préfères), du nom de ce courant d’idées qui présage que, dans les toutes prochaines années, le monde tel que nous le connaissons se sera complètement disloqué et que la Terre sera devenue un endroit épouvantable – sauf peut-être pour celles et ceux qui auront eu la bonne idée de prendre les devants et de se construire, après avoir appris à bien distinguer une myrtille d’une amanite tue-mouches, un refuge…

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents