Dossier : Battre Bolsonaro

Élections au Brésil : « L’insécurité alimentaire est le fruit des politiques antisociales »

Le démantèlement des filets de sécurité installés par la gauche est directement responsable de l'augmentation du nombre de personnes souffrant de la faim au Brésil, selon le chercheur Renato Maluf.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


L’enquête menée par le Penssan, réseau de recherche brésilien sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle, a fait l’effet d’un électrochoc au Brésil : elle révélait, en juin dernier, que 33,1 millions de personnes souffrent de la faim dans le pays. Dans son précédent coup de sonde, dix-huit mois plus tôt, le Penssan annonçait le chiffre de 19,1 millions de personnes. Cela signifie que 15,5 % de la population (213 millions d’habitant·es) est affectée par la faim, et souvent quotidiennement.

À lire > Notre dossier Battre Bolsonaro

En considérant les personnes déclarant s’alimenter « moins » ou « plus mal », l’insécurité alimentaire touche 125,2 millions de Brésilien·nes, soit près de 60 % de la population : c’est une crise massive qui frappe le pays, pourtant sorti des radars de la faim, pour l’essentiel, pendant les années Lula. Réaction de Jair Bolsonaro, face à ces chiffres : « Vous voyez des gens quémander du pain dans les boulangeries ? Donc ce sont des bêtises… » Entretien avec Renato Maluf, coordinateur du Penssan.

Le sérieux de votre étude a été mis en cause par Bolsonaro…

Renato Maluf : Elle a été réalisée au domicile de près de 13 000 familles, dans les 26 États de l’Union, et selon les normes de l’Institut brésilien de géographie et de statistiques (IBGE). Elle révèle la situation alimentaire la plus catastrophique pour le pays depuis que cet organisme la mesure. Alors que le nombre de familles en situation d’insécurité alimentaire était tombé à 23 % de la population en 2014, l’IBGE mesure un retournement de tendance à partir de 2017-2018.

Comment s’explique un tel effondrement ?

© Politis

Certes, le contexte économique se dégrade à partir de 2011, notamment sur les marchés internationaux, ce qui affecte les exportations brésiliennes. Le chômage repart à la hausse, les banques durcissent leurs conditions, les grands potentats ruraux s’accrochent à leurs privilèges. Et conjointement, dès son « coup d’État constitutionnel », qui a chassé Dilma Rousseff de la présidence, la droite organise le démontage des filets de sécurité sociale mis en place auparavant.

Le salaire minimum n’est plus revalorisé, le code du travail est réformé dans le sens des intérêts patronaux, les garde-fous qui garantissaient un minimum de sécurité alimentaire sont démantelés, y compris les aides à l’agriculture familiale (1). Et, par-dessus tout, le gouvernement Temer fait appliquer en 2017 l’infâme « Têto de gastos » (« plafond de dépenses »), qui gèle pour vingt ans la plupart des dépenses publiques !

Les personnes qui souffrent le plus fréquemment de la faim se rencontrent dans les familles noires où des femmes seules vivent avec des enfants de moins de 10 ans, et en milieu rural.

Bolsonaro, pour sa part, attaque son mandat, en 2019, en se défaisant d’organes nationaux en charge de la sécurité alimentaire, thème qui disparaît de l’agenda gouvernemental. Dans une société brésilienne très inégalitaire, il n’est pas surprenant de constater la grande vulnérabilité des plus pauvres. Les personnes qui souffrent le plus fréquemment de la faim se rencontrent dans les familles noires où des femmes seules vivent avec des enfants de moins de 10 ans, et en milieu rural.

Dans quelle mesure la pandémie de covid a-t-elle contribué à cette explosion de la faim ?

Elle a amplifié le phénomène, principalement en raison de l’attitude totalement irresponsable de Jair Bolsonaro, dans le déni de la gravité de la crise sanitaire. Cependant, le covid n’est pas la cause principale de l’insécurité alimentaire, qui résulte de politiques antisociales.

Bolsonaro vient d’augmenter, de 400 à 600 réaux (2), l’aide Auxílio Brasil, allocation mensuelle destinée aux plus pauvres. Avec quel impact ?

Il s’agit d’une mesure de propagande électorale de dernière minute, qui n’aura qu’un effet limité sur l’insécurité alimentaire tant sont importants l’inflation, le chômage et l’endettement des familles. Par ailleurs, le gouvernement a restreint l’accès de cette aide aux personnes en situation d’extrême pauvreté. Et Bolsonaro ment – comme toujours – en prétendant que cette augmentation sera maintenue au-delà de fin 2022 : la programmation financière présentée au Sénat évoque un Auxílio Brasil d’un montant de 400 réaux !


(1) Qui nourrit 70 % de la population brésilienne.

(2) Soit de 77 à 115 euros environ.

Photo Renato Maluf : DR.


Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.