Qatar : la Coupe du monde de trop

La « grande fête du football mondial » tourne à un sinistre carnaval, qui couronne plusieurs décennies de dérives du ballon rond et de ses institutions.

Jérôme Latta  • 19 octobre 2022 abonné·es
Qatar : la Coupe du monde de trop
© Le 2 décembre 2010, Sepp Blatter, président de la FIFA, remet symboliquement le trophée de la coupe du monde à l’émir Hamad bin Khalifa al-Thani. (Photo : PHILIPPE DESMAZES / AFP.)

L a décision d’accorder le Mondial au Qatar a été prise de manière inacceptable. Il n’y a pas de place pour des employeurs qui ne veillent pas à la liberté et à la sécurité des ouvriers du Mondial. Pas de place pour des dirigeants qui n’accueillent pas le football féminin. Pas de place pour des pays hôtes qui ne peuvent pas garantir légalement la sécurité et le respect des personnes LGBT. » Ces paroles de Lise Klaveness, la présidente de la Fédération norvégienne de football, ont résonné d’autant plus fort qu’elles ont été prononcées à Doha, lors du congrès de la Fifa le 31 mars dernier, devant les dignitaires du Qatar et les caciques de la confédération mondiale.

Le président de cette dernière, le Suisse Gianni Infantino, répondit alors aux journalistes : « Si vous avez aussi des questions sur le football, ce ne serait pas si mal. » Mais peut-il encore être question de football quand sa plus prestigieuse compétition présente un tel coût humain et environnemental ?

Si un boycott par les États ou les fédérations nationales n’a jamais été sérieusement envisagé, une médiatisation largement critique et une désaffection significative de la part des spectateurs et téléspectateurs pourraient siffler la fin de la partie pour un

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 10 minutes