Éco-anxiété : tempête dans les têtes

Alors que les limites planétaires sont franchies les unes après les autres, les populations, marquées par un été caniculaire, semblent elles aussi atteindre leurs limites émotionnelles.

Rose-Amélie Bécel  • 9 novembre 2022 abonné·es
Éco-anxiété : tempête dans les têtes
© Lors de la marche pour le climat, le 25 octobre 2022, à Paris. Les 18-30 ans sont d’abord animés par la colère. (Fiora Garenzi / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP.)

M i-février, j’ai craqué. Je ne sortais plus de chez moi, je n’en pouvais plus. Aujourd’hui, j’ai appris à vivre avec, mais les angoisses sont toujours là, comme une épée de Damoclès. » Robin, 22 ans, a mis plusieurs années à identifier les causes de la dépression qui l’a conduit à être hospitalisé cet été.

Parmi elles, l’éco-anxiété. « L’avenir me terrorise. Après chaque nouvelle catastrophe naturelle dans le monde, je me demande : à quand la prochaine ? C’est un sentiment d’angoisse, de fatalité, de paralysie qui m’empêche de vivre », explique l’étudiant en physique-chimie.

Lire aussi > Une planète qui bascule

À mesure que l’état de la planète se dégrade, l’angoisse des catastrophes environnementales à venir se double d’un sentiment de détresse face aux changements déjà en cours. Déforestation, incendies, disparition de glaciers… Cette perte de repères face à un environnement familier qui se dégrade à vue d’œil porte un nom : la solastalgie (1).

C’est un sentiment qu’a connu Marine, 36 ans, partie du Havre cet été pour des vacances dans la forêt de Paimpont, en Bretagne. « C’est une région que je connais bien, où j’ai l’habitude d’aller depuis que je suis petite. Mais là, sur la route, je n’ai rien reconnu. Les talus étaient jaunes et grillés, nous sommes passés par des coins incendiés, avec des arbres calcinés. Dans la forêt, les feuilles des arbres étaient tombées au sol et tout craquait quand on marchait. J’ai presque fondu en larmes. »

Angoisse, lassitude, colère

La médecin spécialiste en santé publique Alice Desbiolles est l’une des premières à avoir porté le terme d’éco-anxiété en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Publié dans le dossier
L'humanité dépasse les bornes
Temps de lecture : 11 minutes