Les vérités en or de Justine Triet

La lauréate de la Palme d’or de la 76e édition du Festival de Cannes a dénoncé la répression du mouvement social et la marchandisation de la culture. Ce qui lui vaut d’être attaquée vivement, des macronistes à l’extrême droite. Jusqu’à la ministre de la Culture, qui semble ignorer comment l’idéologie néolibérale imprègne le secteur.

Christophe Kantcheff  • 30 mai 2023
Partager :
Les vérités en or de Justine Triet
Justine Triet, lors de la cérémonie de clôture du festival de Cannes 2023, le 27 mai 2023, avec la palme d'or pour son film "Anatomie d'une chute".
© Valery HACHE / AFP.

Justine Triet a exaucé le vœu d’Adèle Haenel. Dans sa cinglante lettre publique adressée à Télérama quelques jours avant l’ouverture du Festival de Cannes, l’actrice se demandait si, « dans un contexte de mouvement social historique […], tout se passe[rait] comme d’habitude sur les tapis rouges ». Or rien n’avait vraiment filtré avant qu’un grain de sable vienne enrayer l’impeccable machinerie cannoise. Et pas n’importe quel grain de sable : la lauréate de la Palme d’or de cette 76e édition pour l’excellent Anatomie d’une chute, Justine Triet !

Sur le même sujet : Le Festival de Cannes : toujours vivant

« Le pays a été traversé par une protestation historique extrêmement puissante et unanime de la réforme des retraites », a-t-elle déclaré au moment de recevoir son prix, regrettant la négation et la répression de cette contestation dues à « un pouvoir dominateur de plus en plus décomplexé ».

Déplorant les conséquences sociales d’une telle politique, elle en a aussi dénoncé les effets sur le cinéma : « La marchandisation de la culture que le gouvernement néolibéral défend est en train de casser l’exception culturelle française. » Cette prise de position de la cinéaste ne manquait pas de cran, s’inscrivant dans la suite de sa montée des marches lors de la présentation officielle de son film, où elle arborait un badge en faveur des précaires des festivals de cinéma.

Il n’en fallait pas plus pour qu’une flopée de responsables politiques, des macronistes à l’extrême droite en passant par Les Républicains, se lancent dans des diatribes outrées. « Indécence » pour les uns, « enfant gâtée » pour les autres, beaucoup se sont engouffrés dans une rhétorique poujadiste et erronée. Telle la porte-parole des députés Renaissance fustigeant ce « petit microcosme bourgeois subventionné à l’argent public ».

Sur le même sujet : Cannes 2023 : un palmarès judicieux

Ce qui atteste une complète méconnaissance du système de financement du cinéma. Comme l’a rappelé aussitôt dans un tweet l’ancien président du Festival de Cannes, Pierre Lescure, ce financement est assuré par les recettes des salles, films états-uniens compris, et par des contributions obligatoires versées par les chaînes de télévision et les éditeurs vidéo.

La ministre, qui aurait préféré que Justine Triet s’en tienne aux remerciements d’usage, fait preuve de mauvaise foi.

Rima Abdul Malak a aussi vivement sermonné l’impertinente cinéaste. L’« estomaquée » ministre de la Culture, ne digérant pas la dénonciation de la marchandisation de la culture et la casse de l’exception culturelle, a défendu son action avant de renvoyer Justine Triet à « l’extrême gauche ».

En réalité, la ministre, qui aurait préféré que Justine Triet s’en tienne aux remerciements d’usage, fait preuve de mauvaise foi. Qui a oublié le fameux rapport rendu en 2019 par deux députées macronistes, Céline Calvez et Marie-Ange Magne, préconisant que les aides du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) aillent en priorité aux films les « mieux vus et mieux vendus à l’international pour consolider notre soft power » ?

Sur le même sujet : Le CNC dans le collimateur

Quid du président du CNC, Dominique Boutonnat, à propos duquel la Société des réalisatrices et réalisateurs de films déclarait, l’an dernier, avant que celui-ci soit reconduit à son poste par Emmanuel Macron, qu’on assistait depuis sa nomination « à la redistribution des aides en faveur de films déjà soutenus par le marché, à la multiplication, au sein des commissions, des critères de performance et de rentabilité » ? Justine Triet, quant à elle, avait bien cela en tête. L’anatomie de l’idéologie néolibérale imprégnant la culture n’aurait-elle échappé qu’à la ministre ?

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances
Parti pris 17 avril 2024

Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances

Et revoilà le vieux refrain des gauches irréconciliables. D’un côté, un candidat de compromis qui réactive le logiciel social-démocrate. De l’autre, la rupture brandie comme moteur de la gauche. Les vieux réflexes hégémoniques menacent une possible réconciliation après les élections.
Par Lucas Sarafian
Pollueurs éternels
Billet 10 avril 2024

Pollueurs éternels

Une proposition de loi contre les substances chimiques « per- et polyfluoroalkylées » – PFAS – aussi appelé « polluants éternels », a été adoptée à l’unanimité. Elles sont le révélateur de deux mondes qui s’affrontent avec aigreur alors qu’elles devraient être le tournant vers une bifurcation écologique globale.
Par Vanina Delmas
La proportionnelle, nouvelle arme anti-RN ?
Parti pris 5 avril 2024

La proportionnelle, nouvelle arme anti-RN ?

Il est urgent de changer le mode de scrutin si l’on ne veut pas voir l’extrême droite ravir la majorité des sièges à l’Assemblée nationale, estime un collectif de chercheurs et d’élus. L’idée séduit mais il faut en mesurer les effets.
Par Michel Soudais
Erdogan, quoi après la raclée ?
Parti pris 2 avril 2024

Erdogan, quoi après la raclée ?

Les résultats des élections municipales en Turquie ont vu la déroute de l’AKP, le parti de Recep Tayyip Erdoğan. Bien qu’affaibli, on ne doute pas que l’autoritaire président tentera, une fois de plus, de faire mentir ceux qui préparent son enterrement politique.
Par Patrick Piro