blog /

Publié le 18 juillet 2010

Hommage …

… à Henri Montant.

Henri Montant, confrère et ami, dont j’apprends la mort, samedi soir, dans sa maison de Plougasnou, dans le Finistère. Il avait 70 ans.

Illustration - Hommage …
(photo Le Télégramme de Brest .)

Le nom ne vous dit rien ?
Il signait pourtant, il y a lurette, des billets dans Le Monde . Drôles et décapants, mais trop saignants pour le respectable « quotidien de référence » .

Il n’était pas non plus du genre qu’on embauche pour présenter le 20 H., encore moins pour léchouiller pendant une plombe un président de la République aussi ridicule qu’incompétent (pourtant : il avait débuté à la télé, au début des années soixante, où il écrivait des textes pour les autres, les stars de l’époque : Zitrone ou de Caunes — Georges, le père : expérience de courte durée !).

Mais si vous avez oublié Montant, peut-être Arthur (le vrai, pas l’animateur « le plus con du Paf » !) vous dit quelque chose ?

C’est sous ce pseudo qu’Henri trouvera sa voie et l’épanouissement de son talent satirique dans la bande du Charlie-Hebdo de la grande époque (celle de Choron) et plus encore dans La Gueule Ouverte (de Fournier et Isabelle Cabut), tout premier journal écolo, (l’un des promoteurs de la candidature de René Dumont à la présidentielle de 1974). dont il fut l’un des fondateurs et piliers essentiels, avec aussi Delfeil de Ton, Reiser et le Gébé de L'An 01 : la belle équipe !

Illustration - Hommage …

La G.O., comme on disait, dura huit ans.

Et Arthur poursuivit ses combats et ses fureurs rigolardes et mordantes dans diverses feuilles satiriques et anars, comme La Grosse Bertha (où il apprit vite à détester Val …), CQFD , Siné Hebdo et Bakchich ; avec en prime une collaboration régulière (et anonyme) aux "zigs-zags" du Canard Enchaîné .

Un homme libre, debout, jusqu’au bout du chemin.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents