blog /

Publié le 1 mai 2017
Politis au rendez-vous du 1er Mai

Politis au rendez-vous du 1er Mai

Météo capricieuse, désunion syndicale, retard à l’allumage pour les appels à manifester contre Marine Le Pen et ses troupes néo-fascistes : à quelques jours du 1er Mai, nous hésitions encore à tenir une table pour le journal...

Finalement, vendredi, on s'est décidés. C’est une date importante, pour la gauche et le pays : il faut en être. Les adhérent-es viennent en nombre donner un coup de main, des lectrices et lecteurs fidèles nous rejoignent.

Rapidement, la tension et les affrontements entre l’avant-cortège et les CRS se rappellent à notre souvenir des manifestations contre la loi Travail. Au milieu de tout ça, un peu trop près de Bastille, on essuie l’orage lacrymogène et nos yeux qui pleurent. Les minutes durent presque des heures.

Les CRS finissent par reculer et le cortège avance.

© Politis

On relève la tête. Les drapeaux rouges ont succédé aux drapeaux noirs. Les manifestants s’approchent de notre table remise sur pieds et nous font, comme à l’accoutumée, très bon accueil. Malgré l’importance des enjeux et les débats très vifs de cet entre deux tours, les derniers numéros de Politis partent vite, avec le sourire et un sentiment de fraternité, inébranlable en dépit de tout.

Si, au vu de l’affluence, ce 1er Mai ne fera pas vraiment date, on a tout de même senti une forte détermination dans les cortèges. À l’évidence, la gauche militante a repris des forces et le prochain Président élu n’aura pas la partie facile !

Valentin Gaillard, avec les adhérent-es de Paris et de l'Île-de-France


Haut de page

Voir aussi

Articles récents