Claudel, titan contradictoire

Une nouvelle génération regarde l’auteur de « Partage de midi » avec un œil neuf. Depuis les acteurs de la pièce jouée actuellement à la Comédie-Française jusqu’aux chercheurs qui vont se réunir dans le château du poète.

Paul Claudel change de mains. C'est normal. Les nouvelles générations reconsidèrent toujours les écrivains qui les ont précédées, surtout quand ils sont massifs. Propriété de la classe intellectuelle catholique, Claudel (1868-1955) fut longtemps joué comme à la messe quand il était mis en scène par d'autres artistes que Jean-Louis Barrault, plus panthéiste que chrétien. Puis il intéressa les marxistes, tels Antoine Vitez, qui fut le premier à monter les douze heures de l'intégralité du Soulier de satin ,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents