La gauche heureuse

La défaite de la gauche à la présidentielle aura au moins fait un heureux. Cet homme comblé, c'est Jacques Julliard. Le chroniqueur du Nouvel Observateur jubile. Jamais la gauche n'a été aussi bas, mais il ne trouve là que motifs à se réjouir. Les législatives nous promettent non plus une défaite mais une débâcle, et il trépigne d'enthousiasme. Une droite dure accapare comme jamais les commandes de l'État, et il est aux anges. On a beau ne pas partager son analyse (car il y a derrière tout ça une analyse…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents