Le faux plan

Le Plan banlieue n'aura pas lieu. Faut-il s'en moquer ­ puisque les banlieues avaient moins besoin d'un énième plan que d'une politique globale ? Ou déplorer que le « plan Marshall » que le Président faisait miroiter depuis des mois accouche d'une souris ? Ce plan était très attendu. Fadela Amara, secrétaire d'État en charge de la politique de la ville, l'avait maladroitement baptisé « Espoir banlieue », mais, après les violences de novembre 2005 et une aggravation des inégalités dans les quartiers…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Winter is coming ou l'effondrement qui vient

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents