Conte moral ou politique ?

« La Meilleure Part des hommes », de Tristan Garcia,
se veut le portrait des années sida à Paris. Un premier roman un peu trop malin pour être honnête.

Que lit-on dans l a Meilleure Part des hommes, le premier roman de Tristan Garcia ? Le portrait croisé de trois personnages prétendument emblématiques d’une époque, les années 1980 : Dominique Rossi, homosexuel tôt politisé, journaliste historique de Libération , fondateur d’une association de défense des malades du sida ; William Miller, ou Willie, homosexuel lui aussi, fils de prolo d’Amiens, qui devient une figure trash et médiatique du mouvement gay ; enfin Jean-Michel Leibovitz, intellectuel…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

En Artsakh, sous les bombes

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.