Repenser le bouquet électrique

Énergie. Un appel signé par de nombreux syndicalistes d’EDF pointe les défaillances de la production d’électricité en France et plaide pour une réorganisation du système, moins soumise au nucléaire et plus économe.

Politis  • 29 janvier 2009 abonné·es

Depuis plusieurs années, de nombreux partis politiques, syndicats et associations, de sensibilités diverses, soulignent la nécessité d'une diversification des sources d'approvisionnement électrique en France, ne serait-ce que pour réduire les risques de black-out et d'interruptions de la fourniture de courant aux usagers, et garantir ainsi le maintien d'un service public de qualité.

Avec près de 80% de sa production électrique d'origine nucléaire (contre, respectivement, 30%, 20%, 15% et 2,2% pour le Japon, les États-Unis, la Russie et la Chine), la France est le seul pays au monde à dépendre autant de cette source d'électricité peu modulable et donc inadaptée aux pointes de consommation. L'extrême centralisation inhérente à la technologie nucléaire, outre qu'elle entraîne des pertes d'énergie sur le réseau, constitue une cause supplémentaire de vulnérabilité potentielle de l'approvisionnement électrique, dans un contexte de multiplication des incidents et accidents, notamment liés à l'âge du parc

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 9 minutes