Dossier : Europe Ecologie : Que vont-ils faire de leur victoire ?

Limiter les naissances ? Yves Cochet s’explique

Le député Vert Yves Cochet veut limiter la natalité des pays riches. Sans cette mesure drastique, estime-t-il, l’humanité court à sa perte. Une position contestée par de nombreux spécialistes.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le 4 avril dernier, Yves Cochet prend la parole devant 150 personnes dans un amphithéâtre de l’université Paris-Descartes. Entropia , la revue d’étude sur la décroissance 1, organise un colloque consacré à la crise. Que proposent les politiques ? « Devant la gravité des menaces, n’être que réformiste, c’est être défaitiste. Aussi, je ferai trois propositions scandaleuses… »
La première est une mesure sociale : la création d’un revenu d’existence universel avec instauration de la semaine des 28 heures (quatre jours de travail), soit la redistribution du gâteau – richesses et emploi – en parts plus petites mais plus égalitaires ; la deuxième est économique : la mise en hibernation de l’économie, « car le problème n’est pas le capitalisme, mais le productivisme prométhéen – la décroissance est inéluctable » . Un propos radical, mais assez classique dans ce milieu, par les temps qui courent. La troisième proposition est sociétale : la «  grève du 3e ventre » . Yves Cochet suggère que l’on agisse en France sur les allocations familiales de manière à dissuader les couples de procréer au-delà des deux enfants qui assurent le renouvellement minimal des générations : « Dans un pays occidental, un humain supplémentaire génère le même impact écologique que 12 Burkinabés ou 620 allers-retours Paris-New York… » Sur le fond ainsi que sur la forme, cette proposition a valu à Yves Cochet de vives réactions et des noms d’oiseaux. Mais elle a également suscité quelques échanges argumentés [[Voir carnet.causeur.fr/antidote/malthus-ii-le-retour,00245#fn-245-1
www.liberation.fr/societe/0101560404-yves-cochet-pour-la-greve-du-troisieme-ventre]].
Dans les années 1970, Paul Ehrlich provoquait un beau tollé en prédisant l’explosion – démographique – de la « bombe P ». L’agitation autour du spectre d’une surpopulation planétaire s’était pourtant apaisée, depuis une vingtaine d’années, avec le ralentissement plus précoce que prévu de la natalité mondiale. Et voici à nouveau brandie la menace, en raison de l’aggravation de la crise écologique. Depuis le 4 avril, Yves Cochet refusait de préciser publiquement sa position, car cela aurait pu gêner la campagne électorale de ses amis d’Europe Écologie. Il le fait aujourd’hui pour Politis .


  1. www.entropia-la-revue.org 


Haut de page

Voir aussi

Winter is coming ou l'effondrement qui vient

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents