Le gâteau de Versailles

Au début de l’été, Louvre pour tous dénonçait les pratiques commerciales « possiblement illégales » du château de Versailles. Parmi les lièvres levés, la vente subordonnée (l’audioguide à 6 euros imposé à tous les visiteurs), le défaut d’affichage et la publicité trompeuse (absence d’indication tarifaire sur les affiches des expos, absence de la liste des réductions et gratuités aux comptoirs de vente…). Intriguée par ces révélations, la DCCRF (répression des fraudes) des Yvelines a décidé d’ouvrir une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé aux abonnés

Pour lire cet article :

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents