Karachi : la piste Daniel Pearl

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


On n’en finit plus de dévoiler les ramifications du dossier Karachi. À la suite d’un rapport d’un ancien agent de la DST, le juge antiterroriste Marc Trévidic, en charge de l’instruction, enquête sur un lien entre l’assassinat du journaliste américain Daniel Pearl, en février 2002, et l’attentat trois mois plus tard au Pakistan. Il a interrogé, dans le cadre de commissions rogatoires aux États-Unis, Omar Cheikh, responsable présumé du rapt du reporter. La justice française enquête aussi sur le volet financier du dossier. Une affaire de ventes d’armes au Pakistan qui aurait pu, par le biais de rétrocommissions, servir de financement à la campagne présidentielle d’Édouard Balladur en 1995.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents