Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Smic : Coup de pouce sous contrôle libéral

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Avant d’annoncer une augmentation du salaire minimum (Smic) de 2 %, Michel Sapin, ministre du Travail, a rencontré le groupe d’experts nommé en 2009 par François Fillon, à la demande du Medef. Sans surprise, les cinq experts du groupe, dont quatre (Paul Champsaur, Martine Durand, Gilbert Cette et Francis Kramarz) sont des économistes libéraux pur sucre, ont prôné une hausse très modérée. Résultat : le Smic inclut un « coup de pouce » de 0,6 %, a indiqué Michel Sapin.

Une « pichenette » , selon Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, et une « déception » pour les syndicats. Le dernier « coup de pouce » remonte à 2006 (+ 0,3 %), ce qui veut dire que les smicards ont attendu six ans avant de toucher un petit plus le 1er juillet.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents