L’agroécologie, grand espoir du monde

On peut remplacer l’agriculture chimique et manger mieux. Démonstration sur le terrain, au Sud et au Nord.

Marie-Monique Robin nous a accoutumés à sa plume « trempée dans la plaie » : la journaliste et réalisatrice s’est fait une spécialité de la dénonciation des turpitudes de ce monde. Dans son dernier ouvrage, elle monte certes au créneau contre les vilains de l’agriculture chimique et biotechnologique, mais en contrepoint seulement : les Moissons du futur se déroule comme une ode jubilatoire à l’agroécologie, ce monde passionnant des champs dont sont exclus les pesticides, les monocultures, les grosses…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé aux abonnés

Pour lire cet article :

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents