« Édition spéciale, restez avec nous ! »

À chaque catastrophe ou lors des « grands événements », les chaînes d’information continue dispensent le vide des heures durant. Usant et abusant de ressorts anxiogènes. Décryptage.

Jean-Claude Renard  • 30 mai 2013 abonné·es

Le 22 mars 2012, Mohamed Merah, réfugié dans son appartement durant 32 heures : 1 920 minutes de siège. Un siège maintenu tant par la police que par les chaînes d’info continue [^2]. L’image est fixe, braquée sur les policiers cernant l’appartement. Dans l’attente d’un dénouement, d’un drame à venir. Sur les plateaux se déploie un ballet d’experts en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Médias
Temps de lecture : 4 minutes