La Maison d’os : Grandeur du déclin

Anne-Laure Liégeois redécouvre une œuvre méconnue, métaphore de la fin d’un monde, grinçante et absurde.

Colonnes imposantes, escalier monumental et toit rivalisant avec le ciel, la maison-décor conçue par la metteuse en scène Anne-Laure Liégeois et le scénographe Yves Bernard a la grandeur des choses sur le déclin. Elle tombe en miettes, mais continue d’imposer sa loi aux hommes qui l’habitent. Une loi si tarabiscotée que les pauvres sont forcés de se faire contorsionnistes, acrobates en quête d’équilibre dans des ruines sens dessus dessous. Ils ne peuvent se révolter contre les fantaisies séniles de la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents