La Maison d’os : Grandeur du déclin

Anne-Laure Liégeois redécouvre une œuvre méconnue, métaphore de la fin d’un monde, grinçante et absurde.

Anaïs Heluin  • 16 mai 2013 abonné·es

Colonnes imposantes, escalier monumental et toit rivalisant avec le ciel, la maison-décor conçue par la metteuse en scène Anne-Laure Liégeois et le scénographe Yves Bernard a la grandeur des choses sur le déclin. Elle tombe en miettes, mais

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 2 minutes