Égypte : La révolution étouffée

L’ex-Président Hosni Moubarak a été blanchi pour les meurtres commis par sa police en 2011. Un acte politique qui confirme le retour en arrière.

Trois ans après le Printemps arabe, la tristesse s’est emparée des quelques opposants encore déclarés au régime du maréchal al-Sissi. En raison d’obscurs points de procédure, le tribunal a abandonné, le 29 novembre, l’accusation de complicité de meurtre contre Hosni Moubarak, qui a par ailleurs été lavé des accusations de corruption. L’ancien raïs, âgé de 86 ans, autrefois détesté par une majorité de l’opinion publique, était jugé pour son rôle dans la répression des manifestations de janvier et février…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.