Une opinion manipulée

Les « sondés » croient, pour la plupart, que la défaite de Daech résoudrait le conflit syrien et mettrait fin à la fois au terrorisme et à l’émigration.

Denis Sieffert  • 16 septembre 2015 abonné·es

Faut-il intervenir en Syrie ? Faut-il parler avec Bachar Al-Assad ? Convenons que cela fait beaucoup de questions pour un même numéro de Politis. Et on pourrait en ajouter une troisième, murmurée : faut-il – peut-on ? – accueillir tous les réfugiés qui se présentent aux frontières de l’Europe ? La forme interrogative n’est pas pour nous dénuée de sens. Elle signifie d’abord que nous sommes en face de problèmes infiniment complexes, et je trouve

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 5 minutes