Ce qui pousse les hommes à l’exil…

Dans deux registres différents, Thierry Thieû Niang et Omar Abu Saada donnent au festival une couleur plus politique.

Des corps mal assurés, enlisés dans la répétition d’une même chute ou coincés quelque part entre la vie et la mort. Avec Au cœur,de Thierry Thieû Niang, et Alors que j’attendais,mis en scène par Omar Abu Saada, le « in » d’Avignon se fait reflet d’un malaise ambiant. Celui qui pousse des hommes à l’exil un peu partout dans le monde. En Syrie en particulier. Créé avec treize enfants et adolescents rencontrés dans des associations du Grand Avignon et dans des ateliers de pratique artistique menés à la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents