L’Université israélienne, un outil politique de premier ordre

Le cinéaste Eyal Sivan et la productrice Armelle Laborie publient aux éditions La Fabrique un plaidoyer argumenté en faveur du boycott culturel et universitaire d’Israël.

La colonisation de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est, d’une part, et le blocus de Gaza, d’autre part, ne suscitent rien d’autre dans les grandes capitales occidentales que de vagues protestations. Depuis un demi-siècle, la colonisation des territoires palestiniens se poursuit en toute impunité. Devant la faillite et la complicité de la communauté internationale, les sociétés civiles ont pris l’initiative d’une vaste campagne de boycott des produits israéliens. Faut-il épargner les universités ? Peut-on…

Il reste 97% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents