Angel Parra est mort

Une figure de la chanson chilienne qui s’est éteinte à Paris le 11 mars.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est une figure essentielle de la chanson chilienne qui s’est éteinte à Paris le 11 mars, à l’âge de 73 ans. Une figure politique aussi. Né en 1943 à Valparaiso, d’une mère héraut de la chanson révolutionnaire (Violeta Parra) et d’un père cheminot, tous deux communistes, Angel Parra a tôt baigné dans les milieux culturels, artistiques et engagés. Son soutien à Salvador Allende lui vaudra d’être arrêté, torturé et déporté par le régime de Pinochet, en 1973. Libéré à la faveur d’une mobilisation internationale, il trouve l’exil en France, où il a poursuivi sa carrière de chanteur militant, avant de se tourner vers l’écriture, entre documents, fiction et livre pour enfants.


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents