Le théâtre en catimini

Fermées au public, les salles de spectacle ont l’autorisation d’accueillir des compagnies en résidence. Une manière d’entretenir le lien avec les artistes, et de les soutenir en ces temps difficiles. Pour mieux imaginer la suite.

En ce 11 novembre, les Subs, à Lyon, sont à l’image de l’ensemble des théâtres du territoire : silencieux. Dans ce « laboratoire international de création artistique » installé depuis vingt ans dans l’ancien couvent Sainte-Marie-des-Chaînes, reconverti au XIXe siècle en Manutention militaire, le calme est d’autant plus frappant qu’en temps plus normaux les élèves de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon investissent la vaste cour du lieu. Le visiteur patient pourra toutefois percevoir la vie…

Il reste 91% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.