Dossier : Martin Winckler : « La médecine française est violente »

En Pologne, la bataille contre les anti-IVG fait rage

Cinq mois après l’interdiction quasi totale de l’avortement, la résistance citoyenne tente de s’organiser sur le terrain politique.

Création de « zones anti-LGBT », attaque contre les droits des femmes, avortement illégal dans presque tous les cas… En l’espace de quelques mois, la Pologne s’est révélée l’épicentre des offensives sociétales ultra-conservatrices en Europe. La dernière en date : la présentation mi-mars devant les député·es d’un projet de loi exigeant que le pays se retire de la Convention d’Istanbul, qui lutte contre la violence envers les femmes.

En juillet dernier, la démarche avait été engagée par le ministre de la Justice, arguant que le texte, voté avant l’arrivée au pouvoir du très conservateur parti Droit et justice (PiS), contenait des éléments « de nature idéologique nuisibles ». Levée de boucliers politique : le projet n’avait pas débouché. Avant qu’il ne resurgisse sous la forme d’une pétition « Oui à la famille, non au genre », soutenue par 150 000 signatures. Aux manettes, deux groupes ultra-conservateurs très actifs, le Congrès social chrétien et l’Institut Ordo Iuris, qui ont la bénédiction du PiS.

Il reste 81% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.