Banalisation de la violence

Le pouvoir se montre de plus en plus violent envers la contestation contre sa réforme des retraites. Les victimes de cet engrenage dangereux contre-attaquent. Politis a réuni une vingtaine d’entre elles pour les faire témoigner.

Pierre Jacquemain  • 5 avril 2023
Partager :
Banalisation de la violence
© Création : Vanessa Martineau.

« La répression des contestations écologiques, sociales et démocratiques a atteint un niveau rare, inédit depuis soixante ans et la guerre d’Algérie. À l’heure où les urgences sociales et climatiques se font plus pressantes, et poussent à multiplier des actions qui réveillent, les gouvernements récents banalisent la violence d’État. »

Ainsi commençait la tribune de 211 personnalités civiles et politiques, d’Annie Ernaux à Ariane Ascaride en passant par Rokhaya Diallo ou Étienne Balibar, qui appelaient à « défendre nos droits partout », en janvier dernier.

Trois mois plus tard, alors que la mobilisation contre la réforme des retraites ne faiblit pas, la mécanique de la violence – matraques, insultes, intimidations, humiliations, arrestations et détentions arbitraires – s’installe dans l’espace public et s’intensifie jusqu’à ce que les gueules abîmées, les bras cassés, les yeux au beurre noir ou les traumatismes crâniens deviennent les images normales, banales, des mobilisations.

Sur le même sujet : Frapper, cogner, frapper encore : au cœur de la violence policière après le 49.3

Une centaine de victimes ont décidé de déposer une plainte au tribunal pour « atteinte arbitraire à la liberté individuelle » et « entrave à la liberté de manifester ». Leurs avocats, réunis dans le cadre d’un collectif – nous avons pu interroger l’une d’eux –, estiment que les plaignants ont été victimes d’arrestations et de détentions arbitraires visant à les dissuader d’exercer leur droit de manifester et à casser le mouvement social. Dans quelle démocratie intimide-t-on, réprime-t-on, enferme-t-on ses adversaires politiques ? Même l’Europe et l’ONU interrogent cet usage disproportionné de la violence.

Sur le même sujet : « Les arrestations arbitraires ont vocation à empêcher les manifestations » 

Nous avons réuni, à Politis, une vingtaine de ces victimes pour recueillir leurs témoignages et échanger collectivement. Au-delà des violences physiques, c’est aussi le choc, le poids psychologique des heures passées en garde à vue, des insultes et des menaces des forces de l’ordre qui ne cessent de hanter leurs esprits. Cette violence se retourne, parfois, contre les représentants d’un pouvoir sourd.

Même l’Europe et l’ONU interrogent cet usage disproportionné de la violence.

Un pouvoir qui ne se rend même pas compte que la première des violences, celle qui a enflammé le mouvement social, émane de l’autoritarisme présidentiel et d’un anachronisme institutionnel consistant à brandir un article de la Constitution, seul contre tous. Une violence d’État qui ne laisse, parfois, d’autre choix que de recourir à la violence. Par deux reprises, Macron a d’ailleurs fait la démonstration que c’était la seule voix pour se faire entendre. Attention, danger !

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Éclats et traumatismes sonores : les nouvelles grenades du maintien de l’ordre
Maintien de l'ordre 15 février 2024

Éclats et traumatismes sonores : les nouvelles grenades du maintien de l’ordre

INFO POLITIS. Les forces de l’ordre vont bientôt être dotées de nouvelles grenades, dont deux au rayon des « assourdissantes ». Leur intensité sonore est susceptible de provoquer de graves séquelles. De plus, certaines projetteraient des fragments vulnérants. Politis a mis la main sur des informations exclusives… et inquiétantes !
Par Maxime Sirvins
Crise agricole : le « deux poids deux mesures » assumé du gouvernement
Analyse 26 janvier 2024

Crise agricole : le « deux poids deux mesures » assumé du gouvernement

Le gouvernement, Gérald Darmanin en tête, se montre indulgent envers les agriculteurs en colère. Cette approche met en lumière une réelle partialité, suscitant des questions sur l’équité dans le traitement des différentes expressions de mécontentement social.
Par Maxime Sirvins
A69 : au procès des « écureuils », défenseurs des arbres centenaires
Luttes 18 janvier 2024

A69 : au procès des « écureuils », défenseurs des arbres centenaires

Quatre opposant·es au projet d’autoroute A69 entre Toulouse et Castres étaient jugé·es le 17 janvier pour s’être enchaîné·es à des machines d’abattage en mars dernier.
Par Vanina Delmas
Affaire Geneviève Legay : un commissaire aux abois sur le banc des accusés
Violences 12 janvier 2024

Affaire Geneviève Legay : un commissaire aux abois sur le banc des accusés

Le commissaire Rabah Souchi comparaissait devant le tribunal correctionnel de Lyon les 11 et 12 janvier. Il lui est reproché d’avoir ordonné à Nice, en 2019, une charge policière ayant causé de graves blessures à la manifestante Geneviève Legay.
Par Oriane Mollaret