Crise de l’eau à Mayotte : un flot de résistance

L’île est soumise à une pénurie inédite dont les conséquences sont visibles dans tous les secteurs. Des villes aux campagnes, la population s’organise face à cette nouvelle épreuve. À l’instar de Racha et Corinne, qui relatent ici leur quotidien et leur combat.

Cyril Castelliti  et  Grégoire Merot  • 11 octobre 2023 abonné·es
Crise de l’eau à Mayotte : un flot de résistance
"Mayotte expérimente une pénurie qui sera globale. Les Français ont l’opportunité d’être avec nous pour trouver des solutions." Racha Mousdikoudine, lors de la manifestation du 27 septembre 2023 sur l'île.
© Cyril Castelliti
« On va attaquer tout le monde »

Racha Mousdikoudine

"Mayotte a soif. » Le slogan fédérateur se déverse depuis plusieurs semaines dans les rues du 101e département. Manifestations, actions judiciaires, campagne de communication : la formule rassemble désormais des centaines d’assoiffés en quête de justice. Dans leur viseur, les acteurs désignés comme « responsables ou bénéficiaires de la crise de l’eau ». Parmi les figures de proue de cette fronde : Racha Mousdikoudine, 34 ans, une mère de famille particulièrement concernée par les pénuries. « Je n’ai plus d’eau courante depuis le 7 juillet », raconte-t-elle. Tout le voisinage partage ce qu’elle décrit comme « un film d’horreur ». Depuis son quartier de classe moyenne perché sur les hauteurs de Petite-Terre, elle tient à nuancer. « Tout le monde n’est pas touché de la même manière par la crise. Mon cas est grave, mais certains le sont bien plus. »

« Chaque jour est une surprise »

Depuis le 4 septembre, Mayotte est soumise à un rythme de coupures d’eau redoutable. En cause : une sécheresse inédite doublée d’une gestion défaillante des acteurs privés et institutionnels. Les scandales s’enchaînent. La population enrage. Dans le meilleur des cas, seuls deux jours d’eau courante sont disponibles dans la semaine. De quoi aggraver une situation déjà insupportable. « Nous avons fini par bricoler un robinet sur le réseau en contrebas. J’y puise mes réserves, mais chaque jour est une surprise. Je ne peux jamais prévoir si l’eau sera réactivée, ni pour combien de temps. Sans ­parler de sa qualité », déplore Racha. Ses suspicions s’orientent vers le réseau local, sérieusement abîmé par les coupures qui ponctuent le quotidien des Mahorais depuis 2016. Date à laquelle Mayotte commence à enchaîner les coupures en raison du manque de ressources.

Racha a passé plus d’une centaine d’appels à la Société mahoraise des eaux (SMAE, filiale de Vinci). « Chacun se renvoie la balle », regrette-t-elle. Après un reportage sur ses difficultés diffusé sur la chaîne locale Mayotte La 1re, un « responsable local » a fini par se déplacer. « On m’a donné trois conseils : installer un moteur à mes frais et sans garantie, déplacer le compteur, ou bien… déménager. »

Dans l’Hexagone, la plupart ne tiendraient pas 24 heures.

Le même scénario se répète chaque matin. « J’ouvre le robinet pour voir s’il y a de l’eau. Parfois, les voisins me préviennent directement. » Dans une véritable course contre la montre, ou plutôt contre les pénuries, les corvées s’enchaînent. Tout est chronométré. Constituer des réserves d’eau ? « Deux heures. » La lessive à la main ? « Une heure, sans les draps. » À cela s’ajoutent la vaisselle, le ménage, les sanitaires. Au total, « six heures par jour pour une famille de quatre personnes », additionne-t-elle avec amertume. Un défi logistique pour cette entrepreneuse, enseignante et militante associative.

Difficile de ne pas céder à la colère. « Vous voulez savoir ce que ça fait de vivre dans notre situation ? Fermez votre compteur d’eau. Dans l’Hexagone, la plupart ne tiendraient pas 24 heures. On vit littéralement avec nos excréments », s’indigne-t-elle. Certains n’hésitent plus à récupérer de l’eau de mer pour remplir le réservoir de leur cuvette. D’autres l’aspergent de détergent. Racha, elle, ne gaspille aucune goutte. « Hors de question d’utiliser de l’eau claire pour les W.-C. On récupère celle de la lessive, de la vaisselle, de la pièce à frotter. Tout ! »

Au fil de ses recherches, Racha découvre le mouvement « Mayotte a soif » sur Facebook. Elle participe ainsi à sa première manifestation le 9 septembre et se distingue par son charisme et sa détermination. Commence alors son véritable combat contre la crise en tant que coordinatrice du mouvement. Elle s’inspire notamment des figures historiques locales, souvent citées en exemple dans les mouvements sociaux. « Je partage l’exaspération des

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc
Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93
Enfance 22 février 2024

Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93

L’une des plus grosses associations de la Seine-Saint-Denis accumule les témoignages et les rapports accablants contre sa direction et ses méthodes de management. Face à une crise qui s’intensifie depuis février 2021, le département – qui assure le principal financement de l’association – reste sourd malgré les appels à l’aide des salariés.
Par Tristan Dereuddre