La gauche grecque, du pouvoir à la marginalisation

Avec l’arrivée au pouvoir d’Alexis Tsipras en 2015, le pays devait faire figure de modèle pour les gauches radicales d’Europe. Près de dix ans plus tard, Syriza cumule les échecs électoraux et les espoirs se sont éteints.

Angélique Kourounis  • 3 avril 2024 abonné·es
La gauche grecque, du pouvoir à la marginalisation
Alexis Tsipras, ex Premier ministre, annonçant sa démission de la direction du parti Syriza à Athènes, le 29 juin 2023, après la lourde défaite aux élections.
© SPYROS BAKALIS / AFP

Pas vraiment de débat, pratiquement pas d’articles dans la presse, pas d’affiches dans les rues, le moins que l’on puisse dire est que les élections européennes du 9 juin ne passionnent pas les Grecs. Encore moins à gauche qu’à droite, et pour cause. Porté par une vague d’espoir sans précédent, Alexis Tsipras, Premier ministre grec et président de Syriza, parti de la gauche radicale, était en 2014 le candidat à la présidence de la Commission européenne pour l’ensemble de la gauche européenne, qui voyait les lendemains qui chantent à portée de pouvoir.

Dix ans plus tard, Syriza cumule les échecs électoraux. Il est devenu le fossoyeur des espoirs d’une gauche grecque totalement déboussolée depuis l’implosion du parti lors de l’élection de son nouveau président en septembre 2023. Une élection inédite aux allures de primaire américaine, où Stefanos Kasselakis, inconnu au bataillon et ancien trader de la banque Goldman Sachs, s’est imposé.

Sur le même sujet : Stathis Kouvelakis : « En Grèce, les reniements de la gauche ouvrent la voie à une droite revancharde »

Tous les anciens ministres du gouvernement Tsipras ayant mené une bataille acharnée contre la rigueur imposée par les créanciers du pays, qui ont mis les Grecs à genoux, ont été, à la surprise générale, désavoués sans pitié. « Kasselakis apportait un vent nouveau et, surtout, il n’avait aucune usure du pouvoir », relève Manolis Biblis, journaliste à la télévision nationale ERT. Cela n’a pas empêché onze cadres historiques, fondateurs du parti pour certains, de claquer la porte. Ils ont refusé de rendre leur siège, tant au Parlement européen qu’au Parlement national, pour créer la Nouvelle Gauche.

Parmi les contestataires, Sia Anagnostopoulou, ancienne ministre des Affaires européennes sous le gouvernement Tsipras : « Nous avons quitté Syriza car, après les élections nationales de 2023 et le départ de Tsipras, le parti a commencé à migrer vers le centre d’une manière apolitique, démunie d’identité et d’orientation idéologique », assure-t-elle. Et d’ajouter : « Cela a commencé en 2019 lorsqu’un groupe au sein de Syriza a engagé une transformation vers un parti du centre, avant de devenir le courant dominant. » Ce ne sont pas les déclarations, en février, de Stefanos Kasselakis qui la contrediront.

Sur le même sujet : La tragédie grecque d’une famille politique

« Je veux devenir Premier ministre avec une empreinte plus grande que celle d’Andreas Papandreou», a martelé le nouveau patron de Syriza. La comparaison en a surpris plus d’un. Andreas Papandreou n’est autre que le fondateur historique du Parti socialiste, le Pasok, qui a changé du tout au tout la société grecque. Et l’ancien courtier de préciser : « Le parti que je veux construire sera centriste en matière économique, ‘Andreas’ en matière d’affaires nationales et de défense, et progressiste pour le reste. » Son ambition est de transformer Syriza en un parti démocrate.

La politique de Syriza, durant la crise et bien après, a été vécue comme une trahison.

Y. Pretenderis

«Le Syriza d’aujourd’hui n’a rien à voir avec le Syriza que nous avons construit», lâche Sia Anagnostopoulou. De fait, les électeurs s’y retrouvent de moins en moins. Les sections de jeunesse de Syriza ont quitté le navire les unes après les autres et leurs aînés sont de plus en plus déboussolés. Irini Kondaridou, syndicaliste, est désabusée : «Tsipras a donné raison à ceux qui disaient ‘Ne prenez pas Syriza au sérieux, ils ne savent pas gouverner’. Syriza et la gauche tout entière vont se traîner cette casserole pendant des années. »

Yannis Pretenderis, éditorialiste au journal progouvernemental Ta Nea, n’hésite pas de son côté à parler d’un « véritable traumatisme national ». «À droite, Syriza a fait peur. Le centre s’est senti délaissé et, à gauche, la politique de Syriza, durant la crise et bien après, a été vécue comme une trahison. Il va falloir des années pour dépasser cela. Syriza et la gauche au gouvernement sont un chapitre clos. »

Sur le même sujet : Yanis Varoufakis : « Ils voulaient nous faire mordre la poussière »

L’eurodéputé Kostas Arvanitis (Syriza), qui fustige ceux qui ont quitté le parti, balaie ces déclarations : « Toute l’Europe vire à droite, voire à l’extrême droite. Mais seule la Grèce a un parti de gauche qui peut et veut gouverner. On doit saisir cette opportunité et expliquer notre travail aux gens. » Sia Anagnostopoulou met en avant, elle aussi, cette nécessité d’un lien renouvelé avec la population : « Nous n’avons pas su expliquer les raisons de notre échec à sortir le pays de la crise et c’est cela que l’on paye maintenant. On a laissé croire, nous et les socialistes européens qui ont trahi, qu’il n’y avait pas d’autre choix pour sortir de la crise que la politique libérale. Désormais, il faut replacer les idées de gauche au centre du débat pour toucher ceux qui doutent. Surtout les jeunes. »

Ll faut replacer les idées de gauche au centre du débat pour toucher ceux qui doutent.

S. Anagnostopoulou

Créditée pour les européennes de 2,5 % des intentions de vote, la Nouvelle Gauche espère envoyer un député à Bruxelles. « Ce sera difficile mais pas impossible », relève Kaliopie Kountouri, réalisatrice, qui songe à transformer son abstention en vote pour ce parti. Pari difficile à tenir si l’on en croit Fabien Perrier, auteur du livre Alexis Tsipras. Une histoire grecque (Les Pérégrines, 2019), pour qui on assiste désormais «à un retour des grands partis et à l’effondrement des mouvements». Reste, souligne-t-il, qu’«en voulant à tout prix élargir son électorat, Syriza a oublié d’où il venait et n’a pas su renouveler sa base ».

De fait, Syriza n’a pas réussi à tisser des liens horizontaux avec la société grecque. Il n’a aucun relais dans les institutions et les associations. Pas de think thank pour expliquer et défendre ses idées, et pratiquement aucun élu local dans tout le pays. Il est avant tout un parti urbain. Tout le travail reste à faire. Un travail qui aurait dû être mené durant les quatre dernières années où il était dans l’opposition.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Monde
Temps de lecture : 5 minutes

Pour aller plus loin…

À Chypre, escalade de violences envers les étrangers
Reportage 17 avril 2024 abonné·es

À Chypre, escalade de violences envers les étrangers

Alors que le Parlement européen vient de se doter d’un pacte qui vise à restreindre les conditions d’asile et d’immigration tout en sécurisant toujours plus les frontières, l’île multiplie les discriminations à l’encontre des demandeurs d’asile.
Par Marine Caleb
En Sicile, les damnés de la serre
Italie 10 avril 2024 abonné·es

En Sicile, les damnés de la serre

Dans l’une des plus grandes concentrations de serres d’Europe, les abus sont légion. Ces dernières années, le racket des ouvriers tunisiens venus avec un visa s’est généralisé.  
Par Augustin Campos
Turquie : « J’ai vécu un remake de l’affaire Dreyfus »
Monde 27 mars 2024 abonné·es

Turquie : « J’ai vécu un remake de l’affaire Dreyfus »

La quasi-totalité des édiles du Parti démocratique des peuples élus en 2019 ont été destitués par le régime turc au bout de quelques mois. C’est le cas d’Adnan Selçuk Mızraklı, porté à la tête de Diyarbakır avec 63 % des voix, qui depuis est en prison. Nous sommes parvenus à établir avec lui une correspondance écrite clandestine.
Par Laurent Perpigna Iban
À Jérusalem-Est, un ramadan sous pression
Monde 20 mars 2024 abonné·es

À Jérusalem-Est, un ramadan sous pression

En Palestine occupée, le mois saint de l’islam cristallise les tensions alors que les Palestiniens font face à de nombreuses restrictions de l’accès au mont du temple et à la mosquée Al-Aqsa. Elles illustrent le régime légal que des organisations de défense des droits humains qualifient d’apartheid. 
Par Philippe Pernot