Tomates frappées

Deux études viennent à nouveau semer le doute sur l'innocuité supposée des ondes de téléphonie mobile. Des chercheurs de l'université de Clermont-Ferrand ont montré qu'à des valeurs de champ de 5 volts par mètre, très inférieures à celles qu'autorise la loi, des tissus de tomates subissent des lésions semblables à un choc. Une autre étude révèle des signes de vieillissement de la peau lorsqu'elle est exposée à des ondes de fréquence utilisées par la téléphonie mobile.
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.