Ici

Dialogue social La petite phrase présidentielle n’est pas passée inaperçue. « Désormais, quand il y a une grève en France, personne ne s’en aperçoit » , a déclaré Nicolas Sarkozy. Voilà qui éclaire sa vision du dialogue social. Mais le lieu où cette pique a été lancée est encore plus éclairant. C’est en effet lors du conseil national de l’UMP, devant un parterre de cadres du parti, que le Président s’est ainsi laissé aller. Oublieux de sa fonction, il a parlé en chef de clan. Être à la fois juge et partie…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.