Obama et Clinton

C’est peu dire que les Clinton ne portent pas Obama dans leur cœur. À bon droit, ils peuvent remâcher leur amertume et se dire que cette élection-là ne pouvait pas être perdue par le candidat – ou la candidate – démocrate. Tout au long de la campagne, il n’y a pratiquement pas eu un mot de soutien qui ne soit enrobé d’une perfidie. Bill étant expert en la matière. Le dernier compliment en date, la veille de l’élection, portait sur la grande sagesse d’Obama, qui, face à la crise, « a observé un long silence…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents