Farouchement manouche

Une pièce d’Hugo Paviot sur un amour entre une Tzigane et un gadjo.

Pas facile d’entrer dans la communauté gitane. Mais peut-être moins difficile que d’être un gitan toujours repoussé à la marge des villes. Un jeune auteur, Hugo Paviot, a écrit Manouche pas touche ! après avoir rencontré longuement un groupe de gens du voyage dans la région de Dax. Il a imaginé l’histoire d’un homme, un garagiste, un gadjo (c’est-à-dire un étranger à la communauté), qui tombe amoureux d’une Tzigane. Ils se marient, dans la mesure où l’on se marie dans ce groupe : on décide plutôt de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents