Nos géographies équivoques

Je cherche depuis longtemps à comprendre le mécanisme de ce qui nous invente un lien avec un pays, une terre, une langue, je ne parle pas de l’endroit où je vis, de celui qui objectivement me constitue, je veux parler d’attachement sans rapport direct avec le sol où mes pieds demeurent, marchent, circulent, je parle de pays soumis seulement au registre des sympathies, des attirances et de toutes les constructions imaginaires qui en font le sel. Je parle de ces émotions intimes voire secrètes que de tels…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.