Qui se souvient de la mer ?

Très peu de Damascènes de ma génération, nés vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, ont eu l’occasion de voir la mer dans leur enfance ou leur adolescence, et ceux qui l’ont vue ne se sont probablement pas aventurés jusqu’à y tremper les pieds. Même les privilégiés qui avaient l’habitude de passer leurs vacances d’été dans un village de la montagne libanaise évitaient Beyrouth autant que possible, prétextant sa chaleur moite, et quand il leur arrivait d’y aller, c’était pour faire du lèche-vitrines au…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents