Tunisie : Un nouveau partage des richesses ?

Après les revendications d’ordre politique et démocratique, l’heure est venue de s’attaquer aux questions économiques, dans un pays gangrené par la corruption.

« Les problèmes immédiats sont politiques, mais l’héritage en matière économique du président Ben Ali est très lourd et va nécessiter des efforts énormes » , confie Moncef Ben Salem, ex-prisonnier politique, évincé par le régime de son poste de directeur du département de mathématiques de l’université de Sfax. Avec un taux de croissance annuel de 4,5 % à 5 %, une classe moyenne importante et un taux élevé de féminisation des cadres, la Tunisie était montrée en exemple par le FMI. Mais les analystes les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents