Areva, un scandale de l’uranium ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La poussière d’uranium : après l’amiante, un nouveau fléau dans le monde professionnel ? C’est l’avis de la famille de Serge Venel, décédé à 59 ans d’un cancer des poumons. L’homme avait travaillé pendant sept ans pour la Cominak, filiale d’Areva qui tient l’exploitation des mines d’uranium dans le sud du Niger. L’avocat de la famille traîne Areva devant le tribunal des affaires de Sécurité sociale de Melun pour « faute inexcusable de l’employeur » . Areva rejette la responsabilité sur le dos de la Cominak. « C’est désormais une tradition dans l’industrie nucléaire, entre filialisation et sous-traitance, la responsabilité des risques n’est jamais à mettre à l’actif des exploitants » , a réagi l’Association Henri-Pézerat, née au moment du scandale de l’amiante. Pendant ce temps-là, Anne Lauvergeon, ex-patronne d’Areva, réclame le versement d’indemnités de départ d’1,5 million d’euros…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents