Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

EDF : un projet explosif

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est un document confidentiel. Une étude à diffusion restreinte élaborée par EDF à la fin de l’année 2011, dont Politis a pu prendre connaissance grâce à un informateur haut placé dans l’entreprise. Son objet : le projet d’arrêt définitif de 20 des 58 réacteurs français d’ici à 2020. Ce qui représente presque un tiers de la puissance électrique du nucléaire français. Sont concernés la plupart des réacteurs de 900 mégawatts, notamment ceux de Fessenheim et de Dampierre-en-Burly – dont la vétusté des installations et le coût prohibitif des travaux nécessaires pour prolonger leur fonctionnement sont invoqués. Mais aussi, plus étonnamment, ceux de Civaux, d’une puissance de 1 450 MW, l’argument avancé étant la difficulté grandissante d’assurer le refroidissement par les eaux de la Vienne, liée à la sécheresse récurrente de la rivière. EDF a démenti l’existence de cette étude. Un tort. C’est un beau projet !


Haut de page

Voir aussi

Quelle Europe pour la gauche ?

Politique par

accès libre

 lire   partager

Articles récents