Rio plus vain

La conférence de l’ONU s’est conclue sur un grand vide. La société civile, à travers le Sommet des peuples, n’a pas non plus produit d’avancées collectives.

« On remet en ordre les fauteuils sur le pont du Titanic alors qu’il est en train de sombrer ! » La formule de Kumi Naidoo, directeur général de Greenpeace international, résume bien l’état d’esprit des associations, mais aussi de nombreux experts ou politiques à la lecture de la déclaration finale de la conférence de l’ONU sur le développement durable « Rio+20 », qui s’est tenue dans la ville brésilienne du 15 au 22 juin. « Résultats dérisoires », « désastre », « déception immense », « colère », les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents