Rwanda Paul Barril sur la sellette

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Où donc était Paul Barril le 6 avril 1994 à l’heure de l’attentat contre l’avion du président rwandais Habyarimana ? Dans quel contexte l’ex-gendarme de l’Élysée de l’époque Mitterrand est-il allé récupérer des pièces à conviction qu’il aurait retrouvées à l’aéroport ? A-t-il des compétences particulières pour former à l’utilisation d’engins aussi sophistiqués que les missiles Sam-16 ? Selon l’association Survie, ce sont quelques-unes des questions que les juges Marc Trévidic et Nathalie Poux ont sans doutwe posées, le 8 juin, au sulfureux ex-capitaine, entendu comme témoin. Survie rappelle que Paul Barril a été aperçu à Kigali la veille du 6 avril 1994, et qu’il avait prétendu détenir la boîte noire du Falcon 50 abattu, qui s’était ensuite révélée être « un simple coupleur d’antennes ». Les enquêteurs de la sous-direction antiterroriste tentent d’identifier les auteurs de l’attentat, point de départ du génocide qui a coûté la vie à 800 000 Rwandais, en grande majorité tutsis.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents