Le signal de Poutine aux opposants

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Nadejda, Ekaterina et Maria, chanteuses du groupe Pussy Riot, ont été condamnées, la semaine dernière, à deux ans de séjour dans un camp de travail à régime sévère. L’objet du délit : avoir chanté et dansé pendant trois minutes une prière à la Vierge pour qu’elle les débarrasse de Vladimir Poutine. « Crime politique » commis dans la cathédrale du Christ Saint-Sauveur, la plus grande église de Moscou et de Russie, reconstruite à la fin des années 1990 pour assurer la gloire retrouvée de l’Église orthodoxe. La sentence a été prononcée à l’issue d’un verdict de trois heures littéralement déclamé par une juge aux ordres, se gardant d’évoquer l’offense faite au Président. Elle a préféré évoquer longuement la notion de sacrilège, la haine de la religion, le hooliganisme et même une « scandaleuse » apologie de l’homosexualité. Le jugement a été rendu sur instructions du Kremlin, qui a voulu lancer un signal à tous les opposants. Et flatter la hiérarchie orthodoxe, attentive à signifier aux Russes qu’elle ne peut ni ne doit être contestée.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents