Les Bernois se gardent leurs riches étrangers…

À la différence de leurs voisins de Bâle-Campagne, 66,5 % des citoyens du canton de Berne ont refusé par référendum, dimanche 23 septembre, d’abolir les « forfaits fiscaux » qui bénéficient aux riches exilés installés sur leur territoire (dont Gstaad, qui accueille Johnny Hallyday et Roman Polanski). Alors qu’à Bâle, seuls 16 étrangers bénéficiaient de cet avantage fiscal, institué depuis 1965, à Berne, ils sont 230. Les Bernois continueront donc de payer eux-mêmes les impôts nécessaires à la collectivité…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents