Mali : Vers une intervention armée ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Depuis New York, à la veille de l’ouverture de la 67e assemblée générale de l’ONU, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a annoncé lundi 24 septembre que le Mali avait demandé officiellement devant l’ONU une intervention militaire internationale. Une demande d’intervention « immédiate » dans le nord de son territoire contre les groupes islamistes qui en ont pris le contrôle il y a déjà plusieurs semaines. Si la France, ancienne puissance coloniale, ne souhaite pas intervenir directement sur place avec des hommes au sol, elle fournira très certainement un soutien logistique à une force armée constituée par des militaires des différents pays de la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). L’accord entre le gouvernement malien et la CEDEAO reste cependant à être précisé, mais il semble bien qu’on s’oriente vers une intervention armée contre les groupes islamistes, dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Sans doute après l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité, d’ici à quelques semaines.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents