Mobilisation

ils étaient plus d’une centaine d’agents de l’hôpital psychiatrique d’Allonnes à se rassembler le 19 avril

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


À l’appel de l’intersyndicale CGT-FO-CFDT et SUD, ils étaient plus d’une centaine d’agents de l’hôpital psychiatrique d’Allonnes (Sarthe) à se rassembler devant l’entrée de l’établissement, le 19 avril, pour protester contre la politique de la direction qui demande « à travailler autant mais avec moins de monde ». Plombée par 500 000 euros de déficit (sur 80 millions d’euros de budget), celle-ci envisage une vingtaine de départs à la retraite non remplacés et la non-reconduction de 90 contractuels. Soit une réduction d’effectifs de 113 postes sur 1 400 agents, ce qui entraînerait la fermeture de lits. Les salariés dénoncent un plan social déguisé. Au détriment des patients.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.