« Nouvel An chinois », de Koffi Kwahulé : Le blues de Nosferatu

Avec son humour grinçant et son écriture musicale, Koffi Kwahulé dépeint dans son troisième roman la déliquescence d’une famille parisienne.

Les phrases de Koffi Kwahulé gravitent autour d’un centre vide. Ses personnages aussi. Dans Babyface 1, premier roman de l’auteur ivoirien surtout connu en tant que dramaturge, tous leurs rêves et récits se cristallisent autour de la figure d’un jeune homme à la tête d’ange dont personne ne sait rien. Mozati, surtout, se jette tête baissée dans la belle idylle qu’il lui promet. Elle ne s’en relèvera pas. La solitude poursuit son œuvre dans Nouvel An chinois, le dernier roman de Koffi Kwahulé. Articulée…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.